Articles

L'AMOUR TOQUE, TOQUE...

Image
  J'ai passé de nombreuses années à construire une forteresse autour de mon cœur. A chaque rejet, à chaque doute, à chaque déception amoureuse, à chaque souffrance, j'ajoutais une pierre. Petit à petit, ce cœur d'artichaut qui s'emballait à la moindre sensation, au moindre sourire, n'était plus le même, n'avait plus le cœur à rire. Il était devenu froid ; aigri ; méfiant ; distant. Et parce que j'ai passé tout ce temps à me maudire à chaque fois que je souffrais, j'ai commencé à croire que l'amour était responsable de tous mes malheurs. Vous savez quoi ? C'était le manque d'amour, mon vrai fléau. Manque d'amour pour moi, manque d'amour de la part de mes proches. Manque d'amour général dans ma vie, que j'ai comblé par bien des façons, toute aussi sombres les unes que les autres. Cependant, aujourd'hui,le vent tourne. Il tourne, et il fait trembler la forteresse. C'est la panique à bord.  J'ai passé de nombreuses ann

MISE A NUIT

Image
  Parfois, quand je relis certains de mes textes, je suis prise d'une soudaine envie de les supprimer. Il y a des choses qui me font sourire, d'autres qui m'étonnent parce que je les avais oubliées. Et puis, il y a des choses qui ne me conviennent plus. Qui sont devenues fausses avec le temps. Enfin, si je puis dire. Quand une vérité a été là pour moi pendant un temps, est-ce qu'on peut vraiment dire qu'elle devient fausse ?  Quoi qu'il en soit, ça ne me convient plus. Et là, j'ai soudainement envie de tout supprimer. De tout faire disparaître. Comme pour dire : "ça n'a jamais existé". Mais ce n'est pas possible. Peu importe à quel point on le souhaite, le passé ne peut pas être changé. Il ne peut pas être passé sous silence. Même quand on en a honte, parfois.  Je ne sais pas si je dirais que j'ai honte de mon passé, ou que je le regrette. Je m'efforce toujours d'avoir cet état d'esprit dans lequel chaque expérience a contri

CRISE DE VIE, CRISE DE NERFS

Image
  C'est comme si j'avais peur. Peur de retrouver cette sensation, ces mots qui apparaissent et, parfois, disparaissent aussi vite, devant mes yeux. Fut une sombre époque, je faisais ça tout le temps. Alors j'imagine que mon esprit s'est empressé d'arrêter, parce que peut-être qu'arrêter d'écrire, ça voulait dire arrêter d'aller mal, arrêter d'avoir mal.  C'était vrai, pendant un temps. J'allais foncièrement bien. Je n'écrivais plus, mais je ne m'inquiétais pas, parce que je n'en ressentais pas le besoin. Je n'avais plus besoin de cet exutoire, si salvateur pour moi pendant toutes ces années. J'ai repoussé l'écriture, je l'ai boycottée comme un oiseau de mauvais augure. Je l'ai abandonnée. Mais dans les moments de rechute, où j'aurais eu besoin d'elle, je crois que c'est elle qui m'a abandonnée ; comme pour se venger.  Il y a quelques mois, j'avais commencé à écrire un texte, pour me relancer

LA SEULE PERSONNE QUE TU PEUX CROIRE C'EST TOI

Image
    Bon... Je sais, ça fait longtemps. Très longtemps. Mais vous savez ce que c'est, la vie, le quotidien, les aléas, les occupations et les distractions.  En vérité, j'ai pas tellement d'excuses mais je ne m'en fais pas ; dans la vie, on a des périodes pour tout. Mon blog a représenté plusieurs années de ma vie, puis je me suis concentrée sur d'autres éléments et aujourd'hui me voici de retour. Peut-être ? On verra bien à la fin de cet article.  Aujourd'hui j'aimerais dire quelque chose de spécial, d'important, de nécessaire à lire et entendre autant de fois que cela sera nécessaire : la seule personne que tu peux croire, c'est toi.  Je ne sais pas exactement quels sont les éléments qui nous ont fait perdre le lien avec notre intuition (il paraît que c'est tendance de tout mettre sur le dos des réseaux sociaux alors pourquoi pas), mais je constate que dans notre société moderne, il est très facile de se perdre. Peu importe l'âge, on a te

UN MOIS UN PORTRAIT - Masih Alinejad

Image
Pour ce nouveau portrait, je vais vous présenter une sacrée nana bien trop méconnue à mon goût. C’est l’histoire de moi , en train de scroller Facebook dans un moment d’ennui comme tout le monde, et puis je tombe sur une vidéo de la page Brut. « Découvrez Masih Alinejad, féministe bla bla bla… (je ne sais plus la fin) » . Vous savez bien, moi je vois écris «  féministe  » quelque part, j’accours. Une opportunité de plus d’emm*rder les autres, woohoo!  Donc je regarde la vidéo de cette bonnedame et là, c’est la grosse claque. Alors, je vais essayer de vous en parler du mieux que je peux, parce qu’elle vaut le détour.  Masih Alinejad, cette badass   Masih Alinejad est une journaliste et autrice américaine, d’origine iranienne. Elle est trèèès connue des autorités iraniennes, à qui elle a donné du fil à retordre plus d’une fois. Pourquoi ? Parce que Masih est à l’origine du mouvement anti-hijab ayant surgi au début de l’année 2018 en Iran. C’est une activiste majeure qu

DONNER SANS S'OUBLIER

Image
  Ça fait maintenant un petit moment que je n'écris plus, faute de temps et par manque de motivation, mais l'important c'est de savoir s'y remettre un jour. Alors me voici. Et pas avec n'importe quel sujet non. Un sujet qui me tient particulièrement à coeur et sur lequel je pensais écrire depuis un petit moment maintenant. En ce moment, je lis un livre* assez incroyable sur les relations durables en amitié, en amour, et dans la société en général. Ça rassemble les idées de plusieurs thérapeutes, neurologistes, sociologues et j'en passe, qui nous expliquent en gros les idées fausses et les croyances que chacun d'entre nous peut avoir sur la façon dont les relations humaines fonctionnent. Une fois qu'elles sont énoncées et analysées, ce livre explique (assez bien d'ailleurs) comment y remédier. Et alors la première chose qui est énoncée dans ce livre a fait pas mal écho à l'intérieur de moi : " Nombreux sont aussi ceux qui croient que pl

LE BESOIN DE RECONNAISSANCE

Image
Avant d’entrer dans le semi - monde du travail ( un stage c’est pas vraiment pareil on est d’accord ), je ne m’étais jamais rendue compte à quel point le besoin de reconnaissance pouvait être important. Quand on exécute une tâche, qu’on est fier de soi, et qu’on s’attend à ce que les autres le soient aussi, c’est toujours très compliqué de se rendre compte que non, personne ne nous filera de médaille pour ça. A vrai dire j’ai toujours pensé que c’était pas si grave, qu’au contraire, les gens les plus doués produisaient tout le temps un travail de qualité et que moins on nous en remerciait, plus c’était considéré comme normal, donc c’était bon signe ( pour ceux qui ont vu Le Diable s'habille en Prada, vous voyez de quoi je parle ). Mais en étant plongé dans ce monde-là, ce n’est pas la même chose. Être humain, c’est aussi avoir le besoin d’être reconnu par ses pairs. C’est non seulement sentir qu’on appartient à un groupe mais surtout sentir qu’on y contribue,