CHILDHOOD (3/4) - LES RELATIONS AMOUREUSES




Le sujet qui fâche.

Depuis que j'ai l'âge de m'intéresser aux garçons, je n'ai eu que la même éternelle renguaine concernant les relations amoureuses: " Chez nous - les musulmans - on n'a pas de petit copain, on se marie, les relations sexuelles c'est après le mariage. Ah, et il faut qu'il soit musulman aussi". Je crois que ça s'arrêtait à ça.

Moi, je suis une grande romantique dans l'âme, et ce depuis toujours. J'écoutais ce discours d'une oreille, mais en fait j'ai très vite développé mon propre avis sur ce que devaient être mes relations amoureuses (MA relation, à l'époque; ben oui, on pense toutes qu'on va trouver l'amour de sa vie du premier coup...).

Au départ la religion du gars en question ne posait pas de problème, je n'étais entourée que de camarades qui en faisaient partie. Mais heureusement pour moi, je n'ai pas seulement grandi avec les recommandations chaleureuses de ma mère. J'ai grandi avec de belles histoires d'amour, des histoires de sentiments, de tolérance, de respect, parfois de ruptures aussi (et oui, c'était merveilleux, on avait le droit de se tromper dans ces histoires là !).
Les contes de fée d'abord, les romans jeunesse ensuite. Les films d'amour qu'on aime tant regarder à l'âge où corps et esprit se sentent bouleversés.

Bref, autant vous dire que je n'ai jamais vraiment adhéré à tout ce qu'on m'avait dit sur les relations amoureuses. Pour moi, ce devait être bien plus qu'une histoire de règles, de religion et de paraître.

Parce que tout ça, ce n'est que du paraître. On se fiche pas mal que la personne en face pratique réellement sa foi, il faut juste que l'étiquette collée soit la bonne. Ma mère me disait, et dit toujours "S'il est français, il peut se convertir. Il doit juste prononcer la phrase". OUI OUI, LA PHRASE. En y repensant je suis pliée de rire.

Parce qu'être musulman, ça tient en une phrase. "J'atteste qu'il n'y a de Dieu qu'Allah et j'atteste que Muhammad est son Messager". Congrats, bro.

Le fait que ton futur mari ne fasse ça que pour tes beaux yeux, et qu'en fin de compte, il n'en ait rien à cirer de tout ça, et qu'il continuera à prendre l'apéro tous les jeudis, ben ça n'a pas l'air de déranger plus que ça. Après tout, ce que tu fais chez toi, ça te regarde. Presque. Quand ça arrange, en fait.

Enfin voilà, j'ai commencé à vouloir moi aussi être en COUPLE, comme les gens "normaux". Mais je n'ai pas pu réaliser cet exploit avant ma première année de fac. Et surtout, à cause de tout ce bordel, j'ai commencé à avoir des relations un peu par manque d'affection, par besoin d'indépendance et d'émancipation. Elles n'étaient pas réellement saines. Et je m'en rendais compte assez rapidement. A 20 ans je commence tout juste à savoir ce qu'il me faut vraiment.

Aujourd'hui, je prends du recul et je prends du temps pour moi. Je pense que le plus important à retenir ici, c'est : VIVEZ VOTRE PUTAIN DE VIE. Parce qu'il y aura toujours quelqu'un pour venir vous emmerder en vous dictant ce qui est bon de faire et de ne pas faire, avec qui il est bon de parler/sortir/se marier ou non. Mais en fin de compte, on s'en tamponne la coquillette, le seul avis qui compte, c'est le vôtre.

Vous aussi, vous avez présenté quelqu'un à votre famille qui n'était pas de leur goût pour telle ou telle raison ?


Posts les plus consultés de ce blog

LE BESOIN DE RECONNAISSANCE

LE SENTIMENT DE LIBERTÉ

MON CORPS M'APPARTIENT, AMINA SBOUI