L'AMITIÉ



Ici, je viens vous parler d'une des choses les plus essentielles pour prendre son indépendance face à une situation ou une personne qui nous oppresse et nous empêche d'avancer : avoir un ami à ses côtés.

Quand j'étais dans les douces (ahah) premières années de ma période collège, voire même plus tôt encore, je n'étais entourée que de bambins aux mêmes origines que moi, même religion, même histoire, mêmes traditions, même délire, même groupe sanguin. Normal, on habitait un de ces quartiers populaires où "t'as plus trop l'impression d'être en France" (je dis ça en tout bien tout honneur, mais c'est pour expliquer au mieux le contexte). 

Cela étant, en arrivant milieu collège, j'ai décidé de changer d'établissement et je suis entrée dans un collège privé catholique. IM-PRO-BABLE. Mais c'était mon choix, d'abord parce que j'avais très envie de faire de l'espagnol et que ce n'était pas proposé là où j'étais (ça c'était la raison officielle), ensuite et surtout parce que là où j'étais, les profs venaient faire cours la boule au ventre et repartaient en dépression (je déconne même pas). Ce genre de collèges où les profs se succèdent parce qu'ils finissent tous par démissionner. Où les profs ont peur des élèves. Vous voyez le genre ? 

Bref, déjà à l'époque, avant de changer d'établissement, ma meilleure amie de l'époque était gothique. Évolution qu'il est nécessaire de noter en raison, je vous le rappelle, de ma provenance. Ensuite, dans mon nouveau collège, je faisais partie des dix ou onze seuls élèves "un peu plus foncés que les autres". Et j'adorais ça. Ma meilleure amie m'a suivie dans ce collège mais, peu à peu, nous nous sommes éloignées, malheureusement (d'ailleurs Amélie si tu lis ça, j'te fais un coucou). 

C'est dans ce fameux nouveau collège que la quête de ma connaissance de moi-même a prit un tournant décisif. J'y ai rencontré une personne qui aujourd'hui encore est ma plus grande amie. Celle qui a suivi pas à pas mon évolution, et qui la suit encore. Celle vers qui j'ai pu me tourner quand il m'était impossible de raconter ailleurs ce qu'il se tramait dans ma vie.Et je peux vous dire que le choix d'une meilleure amie, ça ne se fait vraiment pas à la légère. Elle n'a pas acquis ce titre prestigieux avec quelques pyjamas parties et un collier offert pour mon anniversaire.

Une relation sans jugement, sans (trop) d'influence, mais beaucoup d'écoute, de compassion, de précieux conseils. Du partage, de l'apprentissage et beaucoup d'amour. Une véritable amitié comme il est rare d'en trouver de nos jours. Une personne qui vous a accepté à 100%, entièrement. En fait, c'est elle qui m'a aidée à me poser les bonnes questions, qui m'a soutenue lors des moments difficiles où j'avais l'impression de trahir ma famille, ou mes traditions, ou je ne sais quoi d'autre, alors qu'en fait j'avais juste une trouille incroyable d'être moi-même. C'est elle qui m'a aimée pour qui j'étais réellement, et la première qui m'a fait sentir que j'en valais quand même la peine. 

Cet article n'a pas pour objectif de lancer une grande déclaration d'amitié à cette nana (elle n'a pas besoin de ça pour le savoir) mais j'ai besoin que vous compreniez quelque chose de SUPER important: ne choisissez pas vos amis à la légère. Les personnes qui gravitent autour de vous à longueur de temps ont énormément d'impact sur votre vie en générale, plus que vous ne le pensez., et encore plus quand on est jeunes. Alors si vous vous rendez compte que les personnes les plus proches de vous ne vous apportent rien d'essentiel, ne vous aident pas à grandir, voire pire, vous mettent des bâtons dans les roues, vous méprisent et vous empêchent d'avancer; n'hésitez pas à faire un grand nettoyage de printemps. Allez hop ça dégage. Parce que sinon, vous ne pourrez pas faire de la place pour les personnes positives, optimistes, qui vous tireront vers le haut et vous aimerons sans vous changer. 

Si ma meilleure amie m'a bien fait comprendre une chose, c'est qu'il ne faut surtout pas avoir peur de la solitude quand celle-ci est le prix de la liberté. Rien ne vaut la liberté d'être vous-mêmes; si votre famille, vos amis, vos proches vous aiment réellement pour ce que vous êtes, alors ils resteront à vos côtés. Si ce n'est pas le cas, il faudra faire un choix. Mais quoi qu'il en soit, vous ne serez jamais réellement seuls car vous trouverez toujours une personne qui comprendra ce que vous vivez, qui sera peut-être même comme vous, et avec qui vous pourrez avancer. 

Moi, je l'ai trouvée. Big up.

Posts les plus consultés de ce blog

LE BESOIN DE RECONNAISSANCE

LE SENTIMENT DE LIBERTÉ

MON CORPS M'APPARTIENT, AMINA SBOUI