FÉMINISTE, CE GROS MOT


Je crois que vous serez d'accord avec moi pour dire qu'aujourd'hui, le mot "féministe" résonne plutôt comme "chieuse" aux oreilles des gens. Et pas de bol, je crois bien pouvoir me considérer comme étant féministe.

On va commencer par la base : mais c'est QUOI une féministe au final ?! 

Selon moi (et franchement j'aimerais que ce soit comme ça pour tout le monde), une (ou un) féministe c'est quelqu'un qui lutte pour que les femmes, et les hommes, aient les mêmes DROITS.

Ça s'arrête là.

Non, je ne déteste pas les hommes. Non, je ne dis pas que nous sommes absolument et irrévocablement pareils et identiques en tout point. Je dis qu'on MÉRITE tous les mêmes droits, les mêmes chances, et je pense particulièrement au monde du travail en disant ça. 

Je pense que, oui, je suis une femme, mais que non, je n'attends pas de ta part que tu me sortes ta carte bleue à tout bout de champ sous prétexte que je possède un vagin. Je pense qu'une fille facile, ça ne veut rien dire, après tout, il n'y a pas d'homme facile. Par contre, je pense que si tu justifies un viol par la tenue de la victime, tu es faible. 

Et aujourd'hui, si j'ose en parler de temps en temps, on me bassine à coup sûr de "roh ça va, on passe une bonne soirée là, tu vas pas nous saouler avec ça ?", on pense parfois que je souhaite agresser tous les mecs que je rencontre, que je ne sais pas être douce, que je veux tout faire comme les mecs. Seigneur, rien que de l'écrire, je commence déjà à m'énerver... Cercle vicieux. 

La vérité, c'est que c'était le cas quand j'étais plus jeune; ayant grandi dans un environnement assez macho, ayant entendu beaucoup de choses qui me mettaient dans une position de faiblarde en tant que femelle, j'ai longtemps rêvé d'être un mec. Plus jeune, j'étais très "garçon manqué" (je dirais bien ici aussi que ça n'a pas de sens comme expression, mais j'vais essayer de pas trop vous heurter), et je préférais me commander des voitures téléguidées pour Noël plutôt que des Barbies (NB : quand j'aurai des gosses, montrer TOUTES les pages du catalogue de jouets de Noël à mes enfants; merci de l'avoir fait pour moi papa). 

Aujourd'hui, j'ai évolué : j'apprends à être une femme, entière, qui s'assume et qui s'apprécie. Si on me donnait le choix, je resterais une femme.
Parce qu'être une femme, c'est beau, ça a ses avantages, comme ses inconvénients, mais je continuerai à me battre pour mes droits, pour mon respect.
Pour que ma fille, elle, ne remette jamais en question ce qu'elle est;
pour qu'elle puisse porter ce qu'elle veut sans jamais avoir peur;
pour qu'à travail égal, elle ait le même salaire que Michel.

Pour qu'elle se sente toujours invincible et puissante.

Beaucoup trop de choses à dire à ce sujet en réalité, mais le principal est dit; arrêtez d'être stupide et commencez à comprendre qu'une femme et un homme, au final, ça se ressemble plus qu'il n'y paraît. Et surtout, comprenez que la société a bien évolué.

(Si vous ne l'avez pas vu, je vous conseille très très vivement le film Je ne suis pas un homme facile sorti récemment qui m'a mit une sacrée claque.)


Posts les plus consultés de ce blog

LE BESOIN DE RECONNAISSANCE

LE SENTIMENT DE LIBERTÉ

MON CORPS M'APPARTIENT, AMINA SBOUI