L'AMOUR TOQUE, TOQUE...

 

J'ai passé de nombreuses années à construire une forteresse autour de mon cœur. A chaque rejet, à chaque doute, à chaque déception amoureuse, à chaque souffrance, j'ajoutais une pierre. Petit à petit, ce cœur d'artichaut qui s'emballait à la moindre sensation, au moindre sourire, n'était plus le même, n'avait plus le cœur à rire. Il était devenu froid ; aigri ; méfiant ; distant. Et parce que j'ai passé tout ce temps à me maudire à chaque fois que je souffrais, j'ai commencé à croire que l'amour était responsable de tous mes malheurs. Vous savez quoi ? C'était le manque d'amour, mon vrai fléau. Manque d'amour pour moi, manque d'amour de la part de mes proches. Manque d'amour général dans ma vie, que j'ai comblé par bien des façons, toute aussi sombres les unes que les autres. Cependant, aujourd'hui,le vent tourne. Il tourne, et il fait trembler la forteresse. C'est la panique à bord. 

J'ai passé de nombreuses années à construire une forteresse autour de mon cœur. Et aujourd'hui, cette forteresse s'effrite. Petit à petit, elle laisse place à l'amour qui tente de s'infiltrer par toutes les parois. Cet amour, dont l'absence a provoqué la construction de ma forteresse. Cet amour auquel je ne pensais pas avoir droit, parce qu'on m'avait convaincue du contraire. On m'avait bien montré à quel point ce n'était pas pour moi. A quel point l'amour ne faisait partie ni de ma vie, ni de mon vocabulaire. Parce que je voyais les autres autour de moi s'aimer, et que moi je ne savais pas comment faire. J'en faisais trop, ou pas assez. Je ne comprenais pas. 

J'ai passé de nombreuses années à construire une forteresse autour de mon cœur. Et aujourd'hui, tu l'a touchée du doigt. Tu m'as montrée que c'était possible de vivre sans forteresse. De me mettre à nue, et d'aller bien. D'avoir confiance. Tu m'as montrée que l'amour, moi aussi j'y avais droit. Que je m'étais trompée pendant tout ce temps, et que les autres m'avaient menti. Tu m'as montrée que toi, tu m'aimais, et que je pouvais m'aimer aussi. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE BESOIN DE RECONNAISSANCE

LA SEULE PERSONNE QUE TU PEUX CROIRE C'EST TOI

UN MOIS UN PORTRAIT - Masih Alinejad